Un Albator au lieu d’un albatros de Jupiter ?

Je viens de voir une énième fois les dessins animés et films de mon enfance avec mes petits concernant Albator (ou Harlock). A chaque fois, le héros reste le même, empli de mystères,, ayant le sens de l’Honneur et faisant tout son possible pour sauver l’humanité (non, pas le journal qui n’obéit qu’à la voix de son maître)

Thibault de Saint-Maurice, sur France inter, lui a rendu hommage et pour une fois qu’il y a du positif sur cette radio autant le souligner. Et d’un certain coté, je suis heureux que notre cher et adoré président de la Ripoublique Populaire et Démocratique de France ne l’ait jamais cité et ait préféré Jupiter. C’est vrai quoi, Jupiter, ça sonne mieux, ça rend mieux que Albator, un capitaine Pirate donc mécréant, surtout que Albator peut vite être déformé en albatros ; ces oiseaux si majestueux en l’air comme Jupiter avec les mots, qui donne des frissons avec sa simple voix à tout son public ; mais ces oiseaux tellement nigauds et chancelants sur terre, comme c’est le cas pour Jupiter avec les réformes, où tout ce qui n’est pas étatique ne trouve grâce à son magnifique plumage.

Ahh ce cher Albator, qui virevolte dans la galaxie, sans perdre son Honneur, sans revenir sur ses promesses, qui fait la chasse aux méchants pour que chacun puisse un jour vivre libre, sans un diktat imposé, est tout le contraire de nos gouvernants. Eux ne connaissent pas le sens du mot Honneur, ni celui du bien commun. Ils ne veulent que rarement laisser leur place, y compris après avoir pris une volée de bois vert aux élections, y compris en tant que responsable suprême d’un ministère ayant bien merdiassé comme ce fût le cas avec les attentats ou avec ça, y compris, une fois que des affaires les ont incriminés comme c’est le cas ici ou . Pour d’autres, tel un candidat malheureux, la presse n’a guère laissé le choix et l’a abattu en plein vol, et peu importe ici qu’on soit pour ou contre sa politique.

Non franchement, c’est cool d’être Jupiter. On peut dire des choses, les écrire, et puis un jour revenir dessus comme si de rien n’était. Mais je vois un point commun entre Albator et Jupiter, mais aussi de grandes différences.

Albator recherche une planète ou ses amis et lui pourront vivre en paix Ils vivent dans l’espoir, même s’ils ne connaissent pas les coordonnées interplanétaires de ladite planète Ils affrontent pour elle mille dangers, mais en gardant en permanence leur Honneur, leur sincérité, en restant soudés, tout en mettant une baffe au gamin qui a osé contredire un adulte à tort ou qui n’a pas écouté les ordres. Pas de pitié pour la canaille, ni pour les siens qui ne respectent pas la Loi. Il convient donc chez lui d’assumer ses actes et ses paroles. Enfin, Albator prend le temps d’écouter ses hommes, de réfléchir à leurs propos avant de décider. Mais une fois la décision prise, il sait rester ferme sur sa mise en œuvre tout en prenant en compte les différents paramètres qui interviennent au fur et à mesure pour réviser son jugement.

Jupiter recherche lui aussi une planète, mais à la différence d’Albator, il a un cap. Je vous l’assure, c’est lui même qui l’a dit dans ses discours de campagne et c’est ce qu’il répèta une fois élu, y compris lors de cette rentrée. Mais il ne le précise pas vraiment là, ni n’explique ce qu’il faut faire contre les méchants (sauf pour les méchants qu’il est possible de taxer, i.e. le con-tribuable). Quant à vouloir vivre en paix, c’est à dire en sécurité, là encore peu de mouvement allant dans ce sens. Alors inutile de parler de mettre des baffes aux gamins, au sens littéral ou figuré, qui se permettent de ne pas respecter ni les adultes, ni la Loi. Il faut avoir pitié pour la canaille, car c’est pas leur faute. Inutile d’assumer avec ce cher et vénéré président Jupiter.

Tellement sûr de lui, Jupiter poursuit sa route, contre vents et marées, restant focalisé sur son idée première y compris et surtout s’il s’agit d’un piège abscons dans lequel il enfonce un peu plus ses hommes, c’est-à-dire le pays, à la différence d’Albator qui doute, réfléchit et calcule les risques pris pour réadapter son positionnement afin de sauver son équipage. Après tout, n’est pas Jupiter qui veut et se tromper pour un Dieu est impossible. C’est sans doute pour cela qu’il continue dans la course à la dépense effrénée des deniers publics, sans prendre en compte la courbe de Laffer mais peut-être ne lui a-t-elle pas été expliquée à l’ENA, en mettant davantage de social pour préserver une pseudo paix civile.

Ainsi, l’intérêt général n’a pas la même signification dans la pensée d’Albator que dans celle de Jupiter.

Pour Albator, le conflit est nécessaire pour arriver à la paix, y compris au sein de son équipage et pour préserver in fine l’intérêt général. L’ire étant dite, la tension diminue et le capitaine préserve son aura tout en pouvant prendre des décisions importantes pour la survie de son vaisseau et de son équipage.

Pour Jupiter, pas de *ouille, pas d’embrouille. Il faut limiter le conflit, ne surtout rien entendre. C’est pour cela que les grandes décisions prises concernent les extrémités, les à cotés de la vie des français mais qui ne changent pas vraiment leur quotidien, hormis en ayant moins de pognon. Sauf que pour tout, un point critique sera un jour atteint et qu’alors, difficile sera la suite.

C’est pourquoi je rêve qu’un jour un politique soit du calibre de Albator. Mais, Albator est une fiction et je crains bien que mon rêve ne reste qu’un rêve. CPEF !

Publicités

Premier article de blog

Il s’agit de votre tout premier article Cliquez sur le lien Modifier pour le modifier ou le supprimer ou commencez un nouvel article. Si vous le souhaitez, utilisez cet article pour indiquer aux lecteurs pourquoi vous avez commencé ce blog et ce que vous envisagez d’en faire. Si vous avez besoin d’aide, adressez-vous aux gentils utilisateurs de nos forums.